Accueil                 Home


L'HOMME
Biographie
Contact
CARRIERE ARTISTIQUE
Films
Théâtre
Télévision
Autres
Récompenses
MULTIMEDIA
Photos
Vidéos
Fan art
Interviews / Presse
Liens
LE SITE
Le forum
Livre d'or
Crédits & contact

                                   

                         CLOSET LAND

                                 (1991)

 

                 Réalisé par Radha Bharadwaj en 1991, "Closet land" est un huis-clos traitant principalement de la torture, aussi bien physique que mentale, qui pourrait se dérouler dans n' importe quel pays totalitaire, mais dans lequel aucun n'est nommé. Au beau milieu de la nuit, une jeune femme écrivain, incarnée par Madeleine Stowe, est emmenée de force de chez elle par des soldats. Lorsqu' elle se réveille, elle est interrogée par un homme (Alan Rickman), qui l' accuse de critiquer allégoriquement le gouvernement dans ses romans pour enfants, mais elle nie les faits et refuse de signer le papier signifiant sa culpabilité. Le livre posant principalement problème au gouvernement, "Closet land", n' était pourtant qu' à l'état de manuscrit, mais il fut trouvé lors de la perquisition. Ce dernier raconte les aventures d' une petite fille enfermée dans un placard, qui est ensuite sauvée par des personnages fantastiques, comme par exemple une vache volante. L' interrogateur l' accuse d' être subversif , de corrompre les esprits des enfants, et de les faire devenir des opposants au régime. Face au refus de se soumettre de la jeune femme, il lui pose des questions sur sa mère, ce qui la pousse à lui parler de son enfance, de sa peur du noir, et celle d' être enfermée. En effet, elle avoue qu' elle a été violée à 5 ans, dans un placard et ce, à plusieurs reprises, par un ami de sa mère. "Closet land" lui a permis de se libérer de cette souffrance, à travers une histoire allégorique et métaphorique, et qui n'a donc aucun lien avec le gouvernement. Mais afin de la pousser à reconnaître les faits qui lui sont reprochés, l' interrogateur la torture physiquement à plusieurs reprises, mais également psychologiquement, en assumant l' identité de plusieurs autres personnages lorsqu' elle a les yeux bandés, tels qu' un bourreau et qu' une victime. Cependant, elle se rend compte qu'il joue la comédie et refuse davantage de lui répondre. Par la suite, il ouvre une porte vers laquelle la jeune femme se précipite, débouchant alors sur une autre pièce, et la suit à l' intérieur. Si vous voulez savoir la fin, surlignez la suite et changez la couleur :) Lors de leur conversation dans ce lieu, elle l' accuse d' être l' homme qui l' a violée auparavant. Ils retournent ensuite dans la pièce principale où se trouve le bureau, et après un nouveau refus de la part de la jeune femme de reconnaître les faits qui lui sont reprochés, elle est enfin libérée.

 

                Ce film, qui peut nous rappeler par certains aspects "1984" de George Orwell, a été réalisé avec l' appui d' Amnesty International, afin de nous rappeler que la torture existe encore dans de nombreux pays de nos jours. Surlignez et changez la couleur de la suite du paragraphe si vous souhaitez lire des théories sur la fin de "Closet land". Certains passages du film peuvent cependant avoir plusieurs significations. En effet, il n' est pas certain que l' interrogateur ait vraiment violé la jeune femme lorsqu' elle était enfant, étant donnée leur faible différence d' âge. Il lui a peut-être laissé croire cela afin de l' affaiblir psychologiquement. De plus, lorsqu' elle est libérée à la fin du film, cela n' est-il pas une métaphore de sa libération psychologique dûe à son livre ? Mais d' une autre façon, cela ne signifierait-il pas également sa mort ?

 

                Dans ce huis-clos, interdit aux moins de 18 ans à cause des scènes de torture, les acteurs sont formidables. Alan Rickman y joue plusieurs rôles à la fois d' une façon incroyable. Il donne également plusieurs facettes à son personnage, pouvant être  compréhensif un instant, puis la seconde d' après, faire subir à la jeune femme des actes d' une cruauté infinie, mais tout en étant toujours très sexy. :-) Madeleine Stowe, quant à elle, est vraiment émouvante, et elle donne à son personnage une force qui lui permet de se libérer, aussi bien psychologiquement que physiquement. C'est un très bon film qui nous porte à réfléchir sur la torture qui existe encore malheureusement aujourd' hui dans de nombreux pays.

Captures :